Le Réveil Lozère 22 septembre 2021 a 10h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

La FNO compte sur l'interprofession ovine pour dérouler son programme

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Contrainte de réviser ses plans après les récents arbitrages de Bruxelles et Paris, la FNO (éleveurs d'ovins lait et viande, FNSEA) souhaite lancer une concertation avec l'interprofession ovine afin de mettre en place autrement le programme syndical qu'elle avait élaboré pour la Pac 2023-2027, nous apprend Michèle Boudoin, sa présidente, interrogée par Agra Presse le 13 septembre, à la suite de la tenue du congrès de l'association spécialisée à Limoges. « Nous nous sommes dit : nous avions un projet en accord avec le plan de filière, il faut trouver un autre chemin », explique l'éleveuse. « Au lieu de l'aide ovine, nous allons travailler au niveau interprofessionnel sur des contrats qui incluent volume, prix et période », étaye-t-elle. À défaut d'avoir été entendue par le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie lors des arbitrages du plan stratégique national et « à cause du contrôle annuel des performances de la Commission européenne », la FNO a abandonné la mise en place lors de la prochaine Pac de son plan qui prévoyait d'ajouter à l'aide couplée ovine des top-ups pour les signes de qualité, la productivité, ou encore la prévision de mise sur le marché, etc. Le syndicat lui préfère maintenant une aide couplée unique pour tous les éleveurs sur tout le territoire, avec une aide supplémentaire pour les jeunes agriculteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).