Le Réveil Lozère 02 mars 2022 a 10h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

La FNSEA et les restaurateurs s'engagent à promouvoir l'« origine France »

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La FNSEA, le syndicat des indépendants de l'hôtellerie-restauration (GNI) et le lobby de chefs cuisiniers Euro-Toques se sont engagés dans une convention, signée le 28 février au Salon de l'Agriculture, à oeuvrer pour promouvoir les produits français à la carte des restaurants. Sans objectif chiffré, ce partenariat vise à augmenter la part des produits « origine France » dans les approvisionnements des restaurants, alors qu'actuellement -- si l'on prend l'exemple de la viande -- plus de la moitié du boeuf et de la volaille consommés en RHD (restauration hors domicile) est importée. Plus tôt dans la journée, la FNSEA organisait une conférence de presse sur les approvisionnements de la restauration collective. Le syndicat appelle à « mettre les moyens » pour augmenter la part des produits français et atteindre les objectifs d'Égalim 1 (50 % de produits de qualité ou durables, dont 20 % de bio). « Le prix d'un repas est le même depuis trop longtemps, ce n'est pas tenable quand on voit les augmentations des charges des producteurs », expose Arnold Puech d'Alissac, membre du bureau de la FNSEA. Il cite en exemple certains producteurs qui « arrêtent de répondre aux appels d'offres des collectivités, car les prix sont trop bas ». La FNSEA estime la hausse nécessaire à 50 centimes par repas, et que cette augmentation doit être prise en charge par « les collectivités et les parents ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les Cuma attendent du projet de loi énergies renouvelables qu’il soutienne le développement de solutions mutualisées. Il s’agit en priorité de lever les freins à la production d’énergie en Cuma : ouverture statutaire, simplification des démarches administratives, développement des liens avec les collectivités territoriales, etc

d’après un communiqué.