Le Réveil Lozère 16 septembre 2020 a 09h00 | Par AG

La FNSEA travaille sur un fonds professionnel en complément de l’assurance

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Au sein de la FNSEA, des travaux sont en cours sur un fonds professionnel pour couvrir les risques climatiques en complément de l’assurance récolte, a-t-on indiqué le 10 septembre à Agra presse. « Pourquoi ne pas imaginer un fonds professionnel obligatoire qui prendrait le relais de l’assurance récolte à partir de 50 ou 60 % de pertes ? », explique Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA en charge de la gestion des risques. Cette proposition pourrait concerner « en particulier l’arboriculture, qui ne dispose pas d’offre assurantielle à la hauteur des attentes des producteurs ». Ce fonds n’a pas été intégré au rapport d’orientation de la FNSEA, adopté en assemblée générale le 10 septembre après des débats sur le caractère obligatoire ou non de l’assurance récolte. L’une des pistes est de reprendre le modèle du FMSE (fonds de mutualisation sanitaire et environnemental), présidé par Joël Limouzin : une cotisation obligatoire pour tous les agriculteurs et des sections par filière financées par des cotisations spécifiques. Ce fonctionnement permettrait de mutualiser les charges tout en « obligeant chaque filière à se prendre en charge », résume l’élu vendéen, qui souhaite inclure ce dispositif dans la réforme en cours du système de gestion des risques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).