Le Réveil Lozère 09 septembre 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

La foire de Nasbinals pour compenser l'annulation de la fête de l'Aubrac

Ce samedi 5 septembre s'est tenue la foire de Nasbinals, pour compenser l'annulation de la fête de l'Aubrac. Une vente aux bestiaux a eu lieu durant la journée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ce samedi 5 septembre s'est tenue la foire de Nasbinals, pour compenser l'annulation de la fête de l'Aubrac. Une vente aux bestiaux a eu lieu durant la journée.
Ce samedi 5 septembre s'est tenue la foire de Nasbinals, pour compenser l'annulation de la fête de l'Aubrac. Une vente aux bestiaux a eu lieu durant la journée. - © Marion Ghibaudo

C'est sous un beau soleil d'automne que la foire de Nasbinals a eu lieu. Si un petit marché, avec une vingtaine d'exposants, avait étalé ses délices locaux aux regards des gourmands, le clou de la journée se trouvait sur la place du foirail.
« 26 animaux gras, et 48 reproducteurs étaient à la vente », décrit Xavier Poudevigne, président de l'Épal et maire de Prinsuéjols-Malbouzon. L'Épal est l'association organisatrice de la fête : en temps normal, ce samedi aurait dû être une nouvelle édition de la fête de l'Aubrac, qui anime Nasbinals chaque année début septembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.