Le Réveil Lozère 08 janvier 2020 a 10h00 | Par Agrafil

La France retrouve sa 1re place au classement des pays les plus compétitifs

Abonnez-vous Reagir Imprimer

En 2018, la France a retrouvé la première place du classement des filières laitières les plus compétitives à travers le monde, annonce FranceAgrimer le 31 décembre, à l’occasion de la cinquième édition de la veille concurrentielle internationale sur le lait réalisée par le cabinet Agrex Consulting. La France avait perdu sa place en 2017, et succède aux Pays-Bas, relégués à la 2e place de ce classement qui combine 40 critères (macroéconomie, maîtrise des facteurs naturels et durabilité des ressources, potentiel de production laitière…). « La France reste un producteur de lait de premier plan, mais dont les avantages comparatifs (production et demande très diversifiées, bonne image de marque et qualité des produits, bon niveau de recherche et sanitaire…) sont de moins en moins décisifs dans un contexte international plus compétitif », nuancent toutefois les auteurs de l’étude. « Ceci s’illustre notamment par la dégradation du solde du commerce extérieur de produits laitiers » De son côté, les Pays-Bas ont connu en 2018 une seconde baisse consécutive de la production, marquée notamment par le poids croissant de la gestion des effluents d’élevage et l’apport d’engrais sur les parcelles, notent les auteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»