Le Réveil Lozère 05 août 2020 a 09h00 | Par Mylène Coste

La haute valeur environnementale gagne du terrain

Répondre aux attentes sociétales, satisfaire les exigences commerciales… Quelle que soit la motivation, de plus en plus d’exploitations se lancent dans la certification « haute valeur environnementale » (HVE). Le département de l’Ardèche figure parmi les plus moteurs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Christian et Alain Biennier du Domaine d’Émile à Andance ont certifié leur exploitation arboricole et viticole en HVE.
Christian et Alain Biennier du Domaine d’Émile à Andance ont certifié leur exploitation arboricole et viticole en HVE. - © Mylène Coste

« Nous sommes en contact tous les jours avec les consommateurs de nos fruits : la certification « haute valeur environnementale » (HVE) était une garantie supplémentaire de qualité et de respect de l’environnement. » Christian Biennier, installé depuis 1987 sur l’exploitation familiale avec son cousin Alain Biennier, produit des fruits et vins à Andance (Ardèche). Le Domaine d’Émile figure parmi les premières exploitations ardéchoises à avoir obtenu la certification HVE. « Nous faisons partie de la fédération des Vignerons indépendants, qui a été très tôt pro-active sur la HVE. Cette démarche nous semblait aussi primordiale, tant pour nos clients en vente directe que pour la GMS, ou pour les cavistes en vin, explique Christian Biennier. Et nous avons eu raison d’anticiper : aujourd’hui, des enseignes telles que Grand Frais demandent la certification à leurs fournisseurs ! »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.