Le Réveil Lozère 19 juin 2019 a 09h00 | Par Marie-Pascale Vincent

La jeune sous-préfète mise sur la proximité

Nommée à Florac, Chloé Demeulenaere se considère comme « une enfant de la fonction publique ». La sous-préfète veut cultiver l'écoute et la proximité, sans se prononcer pour l'instant sur des dossiers qu'elle découvrira sur le terrain

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Marie-Pasacle Vincent

À peine était-elle arrivée en Lozère et avant même sa prise de fonction officielle le 11 juin, que Chloé Demeulenaere, jeune sous-préfète de Florac assistait déjà, à la fête de la transhumance aux Ayres, en compagnie du maire de Florac. Un symbole pour cette jeune femme qui, à 33 ans, décroche son premier poste de sous-préfète et entend travailler au quotidien, dans la proximité.
Se considérant comme « une enfant du service public », Chloé Demeulenaere a effectué toute sa carrière au service de l'État, travaillant pour le Conseil d'État ou le ministère de la Justice puis comme directrice d'hôpital.
« Tout a commencé à la faculté, précise-t-elle où je me suis très vite spécialisée en droit public, par choix. Dans ma famille, donner de soi aux autres a du sens. Et dans les hôpitaux, j'ai aimé les missions que j'étais amenée à exercer. Mais je souhaitais davantage de transversalités. Je voulais être sur le terrain au contact de la population. »

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1515, du 20 juin 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.