Le Réveil Lozère 08 juin 2022 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

La journée mondiale du lait pour comprendre toutes les facettes de cet or blanc

À l'occasion de la journée du lait, le 1er juin, retour sur une filière qui s'inquiète de la crise qu'elle subit et de ses perspectives d'avenir.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À l'occasion de la journée du lait, le 1er juin, retour sur une filière qui s'inquiète de la crise qu'elle subit et de ses perspectives d'avenir.
À l'occasion de la journée du lait, le 1er juin, retour sur une filière qui s'inquiète de la crise qu'elle subit et de ses perspectives d'avenir. - © Bernard Griffoul/Illustration

La journée mondiale du lait a été établie en 2001 par la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), au départ pour « rappeler les bienfaits nutritionnels du lait », ce sont les pays en voie de développement qui se sont emparés du sujet les premières années. En 2014, Syndilait rejoint le mouvement en jouant une action transparence et ouvrant ses laiteries au grand public. Depuis, de nombreux événements locaux ont essaimé en France pour mieux faire comprendre les spécificités locales liées à la production de lait.

Un secteur en crise
Cette journée mondiale a été l'occasion, pour Syndilait (organisation professionnelle regroupant en France la majorité des fabricants de laits de consommation liquides), de rappeler l'insolente bonne santé du marché du lait en France, boosté, en partie par la crise sanitaire de ces deux dernières années. Selon les données Agreste, en 2020, 8 millions de tonnes de produits laitiers ont été produites en France, dont 24 milliards de litres de lait de vache (plaçant la France au second rang des producteurs européens), 508 millions de litres de lait de chèvre et 297 millions de litres de lait de brebis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.