Le Réveil Lozère 09 octobre 2019 a 11h00 | Par chambre d'agriculture de Lozère

La litière avec des plaquettes forestières : un intérêt agronomique

Lors de la dernière journée Innov'action lozérienne, la chambre d'agriculture avait décidé de mettre la pratique en avant.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Chambre d'agriculture 48

Avec un tarif de la paille en hausse, des éleveurs se tournent vers l'utilisation de plaquettes de bois comme alternative intéressante pour limiter la quantité de paille consommée. La question se pose alors de l'intérêt agronomique du fumier de plaquettes produit. Des analyses de ce type d'effluent ont donc été réalisées afin de faire un point sur les caractéristiques agronomiques des fumiers de plaquettes. Les résultats présentés sont une moyenne d'analyses réalisées sur des fumiers de plaquettes de pin sylvestre soit compostés soit stockés en tas pendant 6 mois (mais non compostés).
Le compostage n'est pas obligatoire mais il reste conseillé pour améliorer la décomposition du fumier, notamment pour décomposer les tanins et terpènes contenus dans le bois de résineux. En revanche, il est fortement déconseillé d'épandre du fumier de plaquette de résineux tel quel après curage afin d'éviter les risques d'acidification des sols.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1529, du 10 octobre 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.