Le Réveil Lozère 19 octobre 2022 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

La maréchalerie dans toute sa diversité au lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher

Lundi 11 octobre, au lycée agricole de Civergols (EPLEFPA de Lozère), a eu lieu la première édition d'une journée consacrée à la maréchalerie, mêlant professionnels et démonstrations avec deux champions du monde, Grant Moon et Jim Blurton, ainsi qu'Antoine Corona, inventeur de la gamme de fers en aluminium ACR.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Grant Moon (à droite) et Jim Blurton, champions du monde de maréchalerie en démonstration.
Grant Moon (à droite) et Jim Blurton, champions du monde de maréchalerie en démonstration. - © Marion Ghibaudo

C'est à une belle journée autour du cheval et de la maréchalerie que les élèves du lycée agricole de Civergols (EPLEFPA) ont été conviés ce lundi 11 octobre. Et ont même pu assister à des démonstrations par des stars de la filière : Grant Moon, gallois et six fois champion du monde de maréchalerie, et Jim Blurton, champion du monde 2005 de maréchalerie et maréchal-ferrant de tradition familiale. Ce dernier a, par ailleurs, été désigné maréchal-ferrant en chef lors des jeux olympiques de Londres en 2012. Tous deux sont aussi des chefs d'entreprise respectés, qui ont développé, au cours de leurs carrières respectives, de nombreux outils pour les futures générations de maréchaux-ferrants. Pour sa part, Antoine Corona, maréchal-ferrant depuis trente ans, est le fondateur et gérant de la société AC-Concepts. Il dirige aussi son entreprise artisanale de maréchalerie. Cette journée était portée par France Industrie Maréchalerie (FIM), premiers fabricants de fers en aluminium. Cette entreprise familiale, qui existe depuis près de 25 ans, fabrique, distribue, conditionne et achemine des produits de maréchalerie, proposant plus de 5 000 produits parmi 70 marques reconnues dans la filière. Ces journées particulières, où FIM vient sur le terrain se déroulent tous les quatre ans, et permettent à la marque de rencontrer tous les acteurs de la filière dans l'hexagone. « La maréchalerie a toujours de l'importance », ont indiqué les organisateurs, heureux d'avoir pu intégrer le lycée de Civergols à leurs journées maréchalerie. « C'est une filière qui manque de main-d'oeuvre », ont rappelé les organisateurs, alors que le nombre de chevaux estimés en France s'élève à près d'un million, selon les chiffres fournis par le ministère de l'agriculture, pour environ 140 000 propriétaires en 2018. Depuis 2012, la population d'équidés connaît une baisse relative, selon cette même source.

En pratique

D'autres rendez-vous en maréchalerie sont prévus au calendrier du lycée agricole : samedi 22 octobre, avec l'organisation à la forge d'une sélection régionale pour le meilleure ouvrier de France maréchal-ferrant. Et du 11 au 13 novembre, le concours national de maréchalerie se déroulera au lycée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.