Le Réveil Lozère 16 novembre 2022 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

La maréchalerie s'affiche au lycée agricole

Du 11 au 13 novembre, le lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher a accueilli, pour sa troisième édition, le concours national de maréchalerie.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Du 11 au 13 novembre, le lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher a accueilli, pour sa troisième édition, le concours national de maréchalerie. (© AD) Du 11 au 13 novembre, le lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher a accueilli, pour sa troisième édition, le concours national de maréchalerie. © AD Du 11 au 13 novembre, le lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher a accueilli, pour sa troisième édition, le concours national de maréchalerie. © AD Du 11 au 13 novembre, le lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher a accueilli, pour sa troisième édition, le concours national de maréchalerie. © AD Du 11 au 13 novembre, le lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher a accueilli, pour sa troisième édition, le concours national de maréchalerie. © AD Du 11 au 13 novembre, le lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher a accueilli, pour sa troisième édition, le concours national de maréchalerie. © AD Du 11 au 13 novembre, le lycée agricole de Saint-Chély-d'Apcher a accueilli, pour sa troisième édition, le concours national de maréchalerie. © AD

Alignés en rang d'oignon devant de petites forges portatives, les concurrents sont concentrés sur leurs épreuves du moment : l'objectif étant de façonner un fer à cheval au plus proche du modèle préparé par les jurys et organisateurs, le tout dans un temps imparti (l'épreuve la plus courte durant 20 minutes).
80 candidats, hommes et femmes confondus se sont inscrits pour ce concours, répartis en trois catégories : novices, intermédiaires et open. Un nombre fini de candidats assumé par l'équipe organisant le concours : « nous préférons limiter le nombre d'inscrits pour que l'organisation se passe bien : par rapport à la place que nous avons, et aux dortoirs disponibles pour accueillir les concurrents, 80, c'est gérable », a pointé Olivier Martin, directeur de l'Eplefpa Lozère. « Et en termes de chevaux à ferrer aussi, c'est restreint ». Pour les épreuves de ferrage, qui font partie intégrante du concours, 35 chevaux ont été recrutés, venant du centre équestre appartenant au lycée et des centres alentour.

NOVICE

1 - Gillet Victore
2 - Wilson Sam
3 - Chanedeau Hugo

INTERMÉDIAIRE

1 - Crepin Julien
2 - Belotti Amadeo
3 - Chassagne Marion

VÉTÉRAN

1 - Augez Philippe
2 - Leclerc Marc
3 - Laurent Benjamin

OPEN

1 - Policard Yoann
2 - Denis Jean-François
3 - Albergne Christian

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.