Le Réveil Lozère 06 janvier 2021 a 08h00 | Par C.Rolle

La « marque » 100 % famille auvergnate !

C’est une belle histoire de famille et une aventure professionnelle au long cours qui se vit dans les Ateliers de bâchage du centre Matussière.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Bernard Matussière dans l’atelier de construction des armatures.
Bernard Matussière dans l’atelier de construction des armatures. - © C. Rolle

Tout a commencé à Olliergues en 1954 lorsque Antoine Matussière, un CAP de sellier bourrelier en poche, fonde la société à son nom dans le domaine de la toile, de la sellerie et de la tapisserie de literie. Quelques années plus tard, en 1962, la petite entreprise est sur les rails ; elle a besoin d’espace et se déplace alors à Courpière où dès 1965, Antoine Matussière développe son activité dans les bâches pour les premiers camions et semi-remorques. Dix ans après, nouveau déménagement, nouvelle dynamique : l’entreprise migre à Lempdes pour se rapprocher du marché des transports davantage centré sur Clermont-Ferrand. Dans les années qui suivent, elle s’enrichit de l’arrivée des enfants d’Antoine qui conjointement vont participer à l’édifice de la société familiale et à la création en 1981 de la SARL Atelier de bâchage du centre Matussière et fils. Même après la retraite du père en 1991, le développement ne quitte pas les associés qui investissent pour agrandir leurs ateliers, mettre en place de nouvelles techniques de production et répondre aux différents marchés, dont celui de l’agriculture. Il y a deux ans, la société a été éclatée en quatre afin d’offrir une meilleure lisibilité des différentes branches d’activités : Stores habitat Matussière, Matussière toile, Bâches Matussière et Stores Contournet à Aurillac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique

a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission le 23 juillet.