Le Réveil Lozère 01 septembre 2021 a 13h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

La métropole écologiste de Lyon investit dix millions d'euros pour une agriculture bio et locale

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le président EELV de la métropole de Lyon, Bruno Bernard, a annoncé le 30 août « la multiplication par quatre », à 10 millions d'euros (M EUR), du budget d'investissement dédié à l'agriculture et à l'alimentation afin de soutenir le bio et le local, rapporte l'AFP. « Il est possible d'avoir des exploitations maraîchères importantes, tournées vers le local et en bio, qui fonctionnent », a déclaré M. Bernard après la visite d'une exploitation agricole à Rillieux-la-Pape. L'ambition de la majorité écologiste est d'atteindre le « 100 % bio et 50 % local » dans les cantines scolaires. « Nous voulons des paysans sur la métropole », a insisté le vice-président délégué à l'Agriculture, Jérémy Camus, avant de détailler certaines mesures. Parmi elles : 2 M EUR sur le mandat serviront à acquérir des terres agricoles afin de lutter contre l'artificialisation ; 3 M EUR seront consacrés à l'aide à la transmission des exploitations - car 62 % des agriculteurs métropolitains ont plus de 50 ans - un plan bio d'un million d'euros sera mis en place pour la conversion ou l'installation en bio. La métropole prévoit aussi de créer un « incubateur de paysans » à Vaulx-en-Velin et d'encourager la création d'un réseau de fermes semencières. Le budget de la métropole de Lyon pour 2021 est de 3,97 milliards d'euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.