Le Réveil Lozère 17 juin 2020 à 11h00 | Par AG

La MSA favorable à une revalorisation pour les actuels retraités agricoles dès 2021

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Nous sommes favorables à une mise en place le plus rapidement possible », dès 2021, de la revalorisation des retraites agricoles, a déclaré le président de la caisse centrale de la MSA (CCMSA) Pascal Cormery, lors d'un point presse le 12 juin. L'Assemblée examinera, le 18 juin en seconde lecture, la proposition de loi (PPL) de revalorisation des pensions de retraite agricoles, qui vise une pension minimale à 85 % du Smic pour les retraités actuels, qui ne sont pas concernés par la réforme globale du gouvernement. Le texte adopté par la commission des Affaires sociales le 11 juin prévoit une application au 1er janvier 2022, au lieu du 1er janvier 2021 comme le prévoyait initialement le texte déposé par André Chassaigne (PCF, Puy-de-Dôme). « Il n'y a pas de problème technique à la MSA, nous sommes en capacité de régler cette revalorisation des retraites dès le 1er janvier 2021 », a assuré M. Cormery. « Cela fait des années que nous demandons cette revalorisation », qui pourrait concerner 290 000 retraités non salariés du régime agricole. D'après la MSA, le coût de cette mesure atteindrait 407 millions d'euros par an. Le texte adopté le 11 juin prévoit aussi un écrêtement des polypensionnés au profit des monopensionnés, qui abaisserait le coût de la réforme à 261 millions d'euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.