Le Réveil Lozère 04 mars 2021 a 11h00 | Par RM

La multiplication des retards de livraison et la hausse des coûts perturbent le commerce

À peine deux mois après l’application de l’accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni, l’impact du Brexit est bien réel de chaque côté de la Manche.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À peine deux mois après l’application de l’accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni, l’impact du Brexit est bien réel de chaque côté de la Manche.
À peine deux mois après l’application de l’accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni, l’impact du Brexit est bien réel de chaque côté de la Manche. - © Jean-Charles /Illustration

« Les retards dans l’importation et l’exportation de marchandises à destination et en provenance de l’UE se sont aggravés depuis l’application au 1er janvier de l’accord commercial UE-Royaume-Uni.
C’est le principal constat que l’on peut déjà faire », explique Neil McMillan, directeur Affaires politiques et commerce chez EuroCommerce (organisation qui représente près de six millions d’entreprises commerciales de détail et de gros en Europe). Des retards qui « entraîneront des pénuries de stocks et des hausses de prix pour les consommateurs », prévient-il.
Sans pour autant disposer à l’heure actuelle de données actualisées montrant l’impact économique du Brexit sur les filières agricoles, l’expert assure qu’à terme « les exportateurs danois et polonais de viande porcine feront face à une nette baisse de leurs échanges avec le Royaume-Uni en raison d’une hausse des coûts liée aux retards dans l’approvisionnement des denrées ».


Simplifier le commerce des produits agricoles
De son côté, la présidente du Copa-Cogeca, Christiane Lambert, a appelé le 19 février lors d’une web-conférence, à des changements afin de simplifier le commerce des produits agricoles entre l’UE et le Royaume-Uni, en raison de l’augmentation des coûts pour les agriculteurs. Sur ce point, elle a indiqué que « les coopératives laitières doivent faire face depuis le début de l’année, à une hausse des coûts de 8 %, alors que le secteur des fruits et légumes a dû augmenter ses dépenses de 400 à 500 € par camion ». Elle a également souligné le coût additionnel et la complexité des expéditions mixtes. Au regard de ces perturbations, la présidente du Copa-Cogeca a appelé la Commission européenne à mettre en place des certificats de pré-exportation pour les produits destinés au Royaume-Uni et a souligné la nécessité « d’assurer une approche cohérente entre tous les postes de contrôle frontaliers des différents États membres ». Elle a également demandé à la Commission et aux États membres de « veiller à ce que le secteur agricole bénéficie de la réserve d’ajustement au Brexit ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.