Le Réveil Lozère 14 février 2022 a 12h00 | Par Philippe Guilbert

La myrtille, un bleuet plein d'avenir

La myrtille occupe une petite place dans le grand panier des fruits rouges. Mais les choses pourraient changer grâce à des pépiniéristes entreprenants.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La myrtille occupe une petite place dans le grand panier des fruits rouges. Mais les choses pourraient changer grâce à des pépiniéristes entreprenants.
La myrtille occupe une petite place dans le grand panier des fruits rouges. Mais les choses pourraient changer grâce à des pépiniéristes entreprenants. - © Philippe Guilbert

Voilà plusieurs décennies que les sélectionneurs américains ont apprivoisé la myrtille, très courante en Amérique du Nord. Nommée blueberry pour les anglophones, Vaccinum corymbum porte le joli nom de bleuet au Québec. Si les Français consomment occasionnellement de la myrtille noire sauvage, tout reste à faire ou presque du côté de sa version cultivée. En amont de cette filière en devenir, se trouvent les pépiniéristes multiplicateurs de génétique.
Dans la vallée de la Loire, en Anjou, Mathieu Billotte, patron de l'entreprise Multibaies est l'un d'eux. À 41 ans, il a développé à grande échelle la multiplication de plants certifiés de myrtilles arbustives, plus grosses et moins fragiles que les myrtilles sauvages. Une génétique acquise à l'origine de l'exploitation auprès de l'Inra par son père, un conseiller arbo soucieux de développer une production d'appoint. Prenant la suite, Mathieu Billotte a changé de braquet en développant la production à grande échelle afin de répondre à une demande croissante. Des partenariats avec des obtenteurs, publics ou privés, lui ont permis d'enrichir son offre. Ces acheteurs sont des pépiniéristes et des producteurs français mais surtout étrangers, venant notamment de Serbie, de Géorgie, de Roumanie et du Maghreb. Un rapide tour d'horizon des sites internet montre que l'engouement pour le fruit est mondial. Dans de nombreux points du globe propices à la culture, la dynamique de production est exponentielle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.