Le Réveil Lozère 16 janvier 2019 a 09h00 | Par Laurence Sagot, Institut de l’élevage-Ciirpo

La phytothérapie, une médecine complémentaire

Les médecines complémentaires semblent fonctionner en élevage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Ciirpo

Différentes parties de la plante sont utilisées en phytothérapie : feuille, tige, sommités fleuries, racine, tubercule, écorce. Elles peuvent se présenter sous différentes formes : des plantes fraîches ou sèches mais aussi extraites par l’eau, par l’huile, par l’alcool… « Certains principes actifs sont aujourd’hui bien connus, explique Céline Peudpièce, vétérinaire avec une orientation médecines complémentaires à la chambre régionale des Pays-de-la-Loire, mais ils peuvent être de l’ordre d’un millier dans une seule plante. D’autre part, les molécules de plusieurs plantes semblent agir en synergie. Et aujourd’hui les résidus potentiels de ce cocktail dans les organismes sont inconnus ». Les médecines complémentaires semblent fonctionner en élevage. « La limite aujourd’hui est que cette efficacité n’est peu ou pas prouvée scientifiquement », insiste la vétérinaire.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1493, du 17 janvier, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

À chaque attaque, tous les éleveurs doivent pouvoir accéder aux tirs de défense simples, voire renforcés, sans entrave

défend Claude Font, référent loup pour la FNO (éleveurs ovins, FNSEA).