Le Réveil Lozère 27 mars 2019 a 10h00 | Par Thierry Michel

La pomme de terre remporte tous les suffrages

Une récente étude sur la consommation de pommes de terre montre tout l’amour que leur portent les Français.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © J-C. Gutner

On savait que la pomme de terre était populaire et… controversée. La dernière étude « La pomme de terre, Usages & Attitudes des Français, Étude 2018 Opinionway pour le CNIPT et France Agrimer » montre que sa popularité, la connaissance et l’appréciation qu’en ont les Français s’améliorent.
La pomme de terre, considérée comme un légume, est le légume préféré de 57 % des Français et devance ainsi la tomate et la salade. 79 % des Français pensent que les pommes de terre commercialisées sur le territoire national sont cultivées en France. Ce qui correspond à la réalité puisque le pays est autosuffisant en la matière et est même le premier exportateur mondial. La pomme de terre est achetée avant tout pour son goût (55 % des cas) et sa facilité de préparation (46 %). Par ailleurs, elle est considérée comme accessible puisque considérée comme par chère par 80 % des personnes interrogées. Pour information, le prix moyen payé par le consommateur pour un kilo était de 0,91 euro. L’enquête révèle aussi que 94 % des Français la trouvent saine : la présence de vitamines et de minéraux est de mieux en mieux connue et celle de fibres gagne du terrain.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1503, du 28 mars 2019, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.