Le Réveil Lozère 20 octobre 2021 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

La prédation au coeur de la rencontre avec la préfecture

Les syndicats de la FDSEA et des JA ont rencontré à Mende, vendredi 15 octobre, la préfète de la Lozère, les élus du PNC et les agents de l'OFB pour discuter de la prédation dans le département. Cette rencontre fait écho à celle organisée le même jour à la préfecture du Rhône avec le préfet coordonnateur loup, Pascal Mailhos.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les syndicats de la FDSEA et des JA ont rencontré à Mende, vendredi 15 octobre, la préfète de la Lozère, les élus du PNC et les agents de l'OFB pour discuter de la prédation dans le département. Cette rencontre fait écho à celle organisée le même jour à la préfecture du Rhône avec le préfet coordonnateur loup, Pascal Mailhos.
Les syndicats de la FDSEA et des JA ont rencontré à Mende, vendredi 15 octobre, la préfète de la Lozère, les élus du PNC et les agents de l'OFB pour discuter de la prédation dans le département. Cette rencontre fait écho à celle organisée le même jour à la préfecture du Rhône avec le préfet coordonnateur loup, Pascal Mailhos. - © JA48

Loups et vautours : les deux bêtes noires des agriculteurs en matière de prédation sur le département de la Lozère. Pour tenter d'avancer sur ces dossiers, la préfète de Lozère Valérie Hatsch a reçu, vendredi 15 octobre en fin d'après-midi, les syndicats des JA et de la FDSEA.
Avant d'être invités à débattre avec la préfète de Lozère, Marie-Rose Raynal, durement touchée par des attaques sur son troupeau cet été, et membre de la section ovine de la FDSEA a tenu à lire une lettre, sur le parvis de la préfecture, retraçant le parcours d'une brebis blessée. « J'ai vu l'intrus, il m'a sévèrement blessée : cinq perforations à la gorge, une perforation au gigot gauche », a débuté l'agricultrice. « Obligée d'être isolée à l'infirmerie en bergerie pendant dix jours, j'ai dû subir des manipulations douloureuses lors de l'expertise constat... La visite du vétérinaire et l'euthanasie pour quatre de mes dix congénères blessées aussi... Le stress vécu, avant, pendant et après la période de fécondation qui m'impose le diagnostic de vide lors de la prestation échographie ». Un discours qui a souhaité rappeler les conséquences, qui se font jour parfois plusieurs semaines après, de ces attaques sur les animaux et les hommes.
Après un nombre élevé d'attaques sur troupeau cet été, la préfète de Lozère avait demandé l'intervention de la brigade loup, qui est restée sur le territoire lozérien durant deux semaines fin septembre. « Le bilan de leur action n'est pas satisfaisant, mais ils sont restés trop peu de temps pour qu'il y ait un véritable impact de leur action », ont souligné les syndicats à la sortie de la rencontre.
Le même matin, à la préfecture du Rhône, des échanges étaient prévus entre le préfet coordonnateur du plan loup Pascal Mailhos et les élus nationaux de la FNO, FNSEA et des chambres d'agriculture. Selon nos confrères d'Agrapresse, qui ont recueilli les impressions des syndicats agricoles à la sortie de la réunion à la préfecture du Rhône, « le préfet coordonnateur se serait montré à l'écoute des critiques des syndicats agricoles et des chambres sur le comptage des loups en France ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.