Le Réveil Lozère 01 juillet 2020 a 11h00 | Par AG

La présidence allemande vise un accord du Conseil de l’UE dès octobre

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L’Allemagne - qui prendra la présidence du Conseil de l’UE à partir du 1er juillet - a l’intention de parvenir à une position commune des États membres sur la réforme de la Pac dès le mois d’octobre, a indiqué la ministre allemande de l’Agriculture, Julia Klöckner, le 29 juin lors de la réunion en visioconférence des ministres des Vingt-sept. Si cette approche générale est obtenue, elle compte dans la foulée entamer des discussions avec le Parlement européen et la Commission de Bruxelles pour finaliser les négociations avant la fin de l’année. Il faudra avant cela que les dirigeants européens se soient mis d’accord sur le cadre financier pluriannuel 2021-2027 de l’UE lors de leur sommet programmé mi-juillet. L’échange de vues entre les ministres de l’Agriculture a montré que, malgré de nombreuses avancées, les discussions restaient ouvertes sur les deux principales nouveautés de cette réforme de la Pac : le nouveau modèle de mise en œuvre et l’architecture verte. Le commissaire européen à l’Agriculture Janusz Wojciechowski a exprimé son inquiétude quant à la volonté des États membres de réduire le nombre d’indicateurs de suivi des résultats de la Pac. Il a également rappelé qu’il était en faveur de la fixation d’un pourcentage de l’enveloppe du premier pilier de chaque État membre à consacrer aux nouveaux éco-régimes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.