Le Réveil Lozère 20 mai 2020 a 09h00 | Par LM

La profession attend la feuille de route du gouvernement

Le groupe de travail portant sur l’articulation entre assurance récolte et fonds des calamités a rendu ses conclusions. Le président du FMSE Joël Limouzin en détaille le contenu, et rappelle que la profession est toujours en attente de la feuille de route annoncée pour le printemps.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le groupe de travail portant sur l’articulation entre assurance récolte et fonds des calamités a rendu ses conclusions.
Le groupe de travail portant sur l’articulation entre assurance récolte et fonds des calamités a rendu ses conclusions. - © Guillaume Perrin - Illustration

« Nous sommes allés au bout de nos réflexions. Nous avons remis une copie comme il nous a été demandé. Après, c’est au ministère de trancher », a déclaré le président du FMSE Joël Limouzin à Agra Presse, le 12 mai. C’est ainsi que le groupe de travail qui planchait depuis novembre sur la façon de mieux articuler l’assurance récolte et le régime des calamités a rendu ses conclusions. « Nous avons remis, il y a maintenant trois semaines, une note de position professionnelle partagée par la FNSEA, l’APCA, les JA, les assureurs qui font partie du CAF (Pacifica et Groupama) sur la réaffirmation de l’assurance et pour un fonds de calamités rénové », a indiqué Joël Limouzin qui est également vice-président de la FNSEA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).