Le Réveil Lozère 27 mai 2020 a 09h00 | Par Alison Pelotier

La profession reprend le combat du juste prix

Les prix payés aux producteurs ont connu une vraie baisse depuis le début du confinement. La FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes veut remettre les pendules à l’heure et rappelle l’importance de maintenir des prix rémunérateurs pour les agriculteurs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les prix payés aux producteurs ont connu une vraie baisse depuis le début du confinement.
Les prix payés aux producteurs ont connu une vraie baisse depuis le début du confinement. - © François d'Alteroche - Illustration

« Il est hors de question de subir la hausse des coûts liés à la réorganisation des filières, d’autant plus que les stocks sont en train de s’écouler et les filières de se redresser », clame Pascal Girin, président de la FDSEA du Rhône et référent économique à la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes. Le syndicalisme agricole majoritaire d’Aura vient de lancer sa feuille de route régionale : si la crise sanitaire a imposé des coûts supplémentaires aux entreprises de la transformation et de la distribution, ce n’est pas aux producteurs d’en payer les conséquences. « Sous prétexte que les stocks ont augmenté et que les opérateurs ont dû faire face à des surcoûts, des prix dérisoires nous sont imposés et ne remontent pas. À titre d’exemple, les producteurs laitiers ont perdu 20 à 30 euros [les 1000 l, ndlr] sur le prix brut du lait », insiste le syndicaliste. Préférant ne pas recourir à la réserve de crise agricole, le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, l’a affirmé la semaine dernière : « Aucun problème d’approvisionnement durable, aucune pénurie alimentaire n’ont été observés en Europe depuis le début de la crise actuelle. Les premiers signes montrent déjà que le marché se redresse en partie ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).