Le Réveil Lozère 01 juillet 2020 à 11h00 | Par Marie-Pascale Vincent

La randonnée itinérante reprend à petits pas

La randonnée est une activité touristique importante en Lozère, mais la reprise semble timide. Très réputé ou plus confidentiel, en Aubrac ou dans le Valdonnez, l’ensemble des grands itinéraires semble concerné.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La randonnée est une activité touristique importante en Lozère, mais la reprise semble timide. Très réputé ou plus confidentiel, en Aubrac ou dans le Valdonnez, l’ensemble des grands itinéraires semble concerné.
La randonnée est une activité touristique importante en Lozère, mais la reprise semble timide. Très réputé ou plus confidentiel, en Aubrac ou dans le Valdonnez, l’ensemble des grands itinéraires semble concerné. - © Lise Monteillet

« Une année particulière, difficile et insaisissable. » Au début du mois de juin, les responsables de l’association Sur le chemin de Robert Louis Stevenson exprimaient ainsi leurs inquiétudes. « Tout est chamboulé, confirme le personnel de Lozère tourisme. Il est difficile d’exprimer une tendance et il va falloir se méfier des chiffres cette année face à une situation qui rebat l’ensemble des cartes. »
Si les leçons à tirer viennent après la saison, sur le terrain, Claude Geourjon de l’office de tourisme de Nasbinals n’est guère confiant. « Sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, les étrangers depuis un mois, se comptent sur les doigts de la main alors qu’ils constituent d’habitude 75 % de la fréquentation. D’habitude fin juin, à l’office, on voit passer une centaine de pèlerins contre dix actuellement. Et les gens se rendent jusqu’à Conques uniquement. Alors que la fréquentation se calme en été, cela fait craindre une année blanche. Il n’y a pourtant aucun souci du côté des hébergements majoritairement ouverts. » Pour Claude Geourjon, même si l’échelle de fréquentation n’est pas la même, l’office de tourisme semble recevoir davantage d’appels pour le tour des Monts d’Aubrac ou de randonneurs à la journée, sans pour autant compenser la baisse.
Un témoignage que confirme Hervé Rey qui tient l’Hôtel de France et le gîte du Sorbier, à Nasbinals. « Les randonneurs constituent 80 % de ma clientèle. La reprise se fait vraiment en douceur. Les demandes se tournent davantage vers l’hôtel qui offre des espaces privatifs mais de façon générale, je n’observe pas de sursaut sur les réservations pour l’été. Actuellement, certains pays reconfinent et l’incertitude demeure. L’impact va être global, touchant l’ensemble des commerces. Il se pourrait que je perde la moitié de mon chiffre d’affaires. »

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1567, du 2 juillet 2020, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui