Le Réveil Lozère 24 juin 2021 a 12h00 | Par IL

La réduction de l’élevage, tabou ministériel

Si la stratégie nationale bas carbone (SNBC) a été élaborée par le ministère de la Transition écologique, son volet agricole a été traité par la rue de Varenne. Pilier de la réduction des émissions agricoles, les chiffres sur la baisse de l’élevage n’ont cependant jamais été dévoilés publiquement. Cette réduction suit de près les tendances déjà observées dans les élevages, mais pourrait bientôt se révéler insuffisante pour répondre à l’enjeu climatique.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Si la stratégie nationale bas carbone (SNBC) a été élaborée par le ministère de la Transition écologique, son volet agricole a été traité par la rue de Varenne. Pilier de la réduction des émissions agricoles, les chiffres sur la baisse de l’élevage n’ont cependant jamais été dévoilés publiquement. Cette réduction suit de près les tendances déjà observées dans les élevages, mais pourrait bientôt se révéler insuffisante pour répondre à l’enjeu climatique.
Si la stratégie nationale bas carbone (SNBC) a été élaborée par le ministère de la Transition écologique, son volet agricole a été traité par la rue de Varenne. Pilier de la réduction des émissions agricoles, les chiffres sur la baisse de l’élevage n’ont cependant jamais été dévoilés publiquement. Cette réduction suit de près les tendances déjà observées dans les élevages, mais pourrait bientôt se révéler insuffisante pour répondre à l’enjeu climatique. - © François d’Alteroche/Illustration

« Bien que les chiffres soient accessibles, la baisse du cheptel prévue par la stratégie nationale bas carbone (SNBC) n’a jamais été rendue publique », résume Cyrielle Denhartigh, responsable des politiques Agriculture au sein du Réseau action climat. La SNBC, publiée pour la première fois en 2015, a été révisée en 2018 par le ministère de la Transition écologique pour viser la neutralité carbone en 2050. Si l’Hôtel de Roquelaure s’est chargé lui-même des concertations dans le domaine de l’énergie et des transports, la Rue de Varenne s’est vu déléguer la gestion de la feuille de route agricole.
Les deux ministères ont bien communiqué sur l’objectif d’émission : le secteur agricole doit atteindre une réduction de 18 % de ses gaz à effet de serre entre 2015 et 2030. Mais les détails de cette feuille de route n’ont jamais été dévoilés. Pourtant, comme l’expliquent certains documents préparatoires rédigés par le ministère de l’Agriculture en 2018, et qu’Agra a pu consulter, la stratégie climatique nationale a été rédigée en intégrant une réduction significative des cheptels.
À l’horizon 2030, le ministère indique ainsi que les objectifs climatiques supposeront de diminuer les cheptels bovins et allaitants ainsi que le nombre de truies de 12 à 14 % par rapport à 2015. D’ici 2050, et avec un objectif de réduction des émissions de 46 % dans le secteur agricole, le nombre de bovins serait même contraint de baisser de 25 %, et le nombre de truies de 30 %. Des chiffres sur lesquels ni le ministère de la Transition écologique ni le ministère de l’Agriculture n’ont souhaité réagir auprès d’Agra presse, en se renvoyant dos à dos.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique

a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission le 23 juillet.