Le Réveil Lozère 14 avril 2021 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

La région et les grandes enseignes s’engagent à plus de produits locaux dans les rayons

Jeudi 8 avril, lors d’une conférence de presse réunissant les élus de la région Occitanie, la chambre d’agriculture Occitanie et les représentants de la grande distribution, a été signée une « charte d’engagement pour une distribution durable en Occitanie ».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Carole Delga, présidente de la région Occitanie, lors de la présentation de la charte en conférence de presse.
Carole Delga, présidente de la région Occitanie, lors de la présentation de la charte en conférence de presse. - © Fabien Ferrer – Région Occitanie

« La grande et moyenne distribution représente 70 % de la consommation en Occitanie », a rappelé Carole Delga, présidente de la région Occitanie dans son mot d’introduction. Pour s’assurer que plus de produits locaux sont proposés aux consommateurs, la présidente de région l’a rappelé, « travailler avec les enseignes est indispensable ».
Et pour s’assurer de la réalisation concrète de ces engagements, la présidente de région et son équipe ont réuni autour de la table, dès l’automne 2019, « les partenaires du monde agricole et agroalimentaire et des représentants des consommateurs » pour discuter de cette problématique. La loi Égalim venait d’être voté l’année précédente. La crise de la Covid-19 a aussi joué un rôle dans la création de cette charte en accélérent les discussions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).