Le Réveil Lozère 02 avril 2022 a 12h00 | Par JCD

La remise en route des ports céréaliers sera « compliquée »

Les ports maritimes ukrainiens, essentiels pour l’exportation de grains, mettront « du temps avant leur remise en marche », a estimé le 23 mars Jean-François Lépy, directeur général de Soufflet Négoce (InVivo).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Chargement de 6 000 tonnes d’orge dans un bateau sur le terminal Senalia du port de Rouen.
Chargement de 6 000 tonnes d’orge dans un bateau sur le terminal Senalia du port de Rouen. - © JC Gutner

« Il ne faudra pas compter sur les ports maritimes ukrainiens pendant une bonne partie de la campagne 2022-2023 », a-t-il déclaré lors d’une conférence d’Intercéréales (interprofession). Des propos en contradiction avec ceux du ministre ukrainien de l’Agriculture Roman Leshchenko, pour qui les infrastructures maritimes seraient capables de reprendre en « une semaine », d’après une interview pour Agra Presse le 11 mars. « Ce n’est pas vrai, il faudra des mois et des mois », a affirmé Jean-François Lépy. Et pour cause, « les ports sont minés ou ont été entravés » afin d’empêcher toute circulation. Le chenal du Dniepr est lui aussi miné. Résultat, « la remise en route des installations va être assez compliquée ». « On a appris hier (le 22 mars, NDLR) que le silo de Bunge à Mykolaiv a été bombardé et que les outils de chargement ont explosé », a-t-il ajouté. L’Ukraine, quatrième exportateur mondial de maïs, numéro un en huile de tournesol, dispose encore de 7 millions de tonnes de blé, 15 millions de tonnes de maïs, 600 000 t d’orge, 1 à 1,5 millions de tonnes d’oléagineux à exporter sur 2021-22, d’après ses chiffres.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.