Le Réveil Lozère 06 février 2019 a 16h00 | Par Aurélie Pasquelin

La rémunération pour pallier la décapitalisation

À l’heure où nous bouclons ce journal, les travaux du congrès de la fédération nationale bovine n’ont pas encore commencé. Cependant, les responsables de la structure ont donné une conférence de presse lundi, affichant les grandes lignes de ce congrès lozérien.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Lundi 4 février, les responsables de la FNB ont tenu une conférence de presse au Gaec Cayrel de Ressouche au Buisson.
Lundi 4 février, les responsables de la FNB ont tenu une conférence de presse au Gaec Cayrel de Ressouche au Buisson. - © Aurélie Pasquelin

« L’élevage allaitant au carrefour de la décapitalisation ou de la rémunération », tel est le thème qui a été choisi par la fédération nationale bovine (FNB) pour son congrès 2019 qui se déroule en ce moment à Mende. Un titre qui, à lui seul, montre les enjeux de la filière allaitante pour les prochains mois. Avant même les deux jours du congrès, les responsables de la FNB avaient invité, lundi dernier, les médias pour une conférence de presse au Gaec Cayrel de Ressouche, au Buisson. Une visite qui a permis, entre-autre, d’aborder les principaux thèmes du congrès dont la valorisation de la production via les filières de qualité comme Fleur d’Aubrac ou Bœuf fermier Aubrac.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1496, du 7 février 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.