Le Réveil Lozère 02 décembre 2022 a 12h00 | Par JG

La restauration collective tire la sonnette d'alarme

Les professionnels peinent à revaloriser leurs contrats avec les acheteurs publics. Ils en appellent à l'État et aux collectivités territoriales afin de préserver les efforts engagés ces dernières années pour une alimentation plus locale et durable en restauration collective.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les professionnels peinent à revaloriser leurs contrats avec les acheteurs publics. Ils en appellent à l'État et aux collectivités territoriales afin de préserver les efforts engagés ces dernières années pour une alimentation plus locale et durable en restauration collective.
Les professionnels peinent à revaloriser leurs contrats avec les acheteurs publics. Ils en appellent à l'État et aux collectivités territoriales afin de préserver les efforts engagés ces dernières années pour une alimentation plus locale et durable en restauration collective. - © V. Bargain/Illustration

« Le moment est venu pour les pouvoirs politiques d'entendre l'urgence », a sommé Frédérique Lehoux, directrice générale de Geco Food service, lors d'une table ronde organisée au Salon des maires, le 22 novembre. La représentante de l'association d'industriels fabricant des produits à destination de la restauration collective était invitée à débattre de l'avenir de la restauration collective, secteur qui représente 7 % des achats alimentaires en France. Avec la forte inflation « les acheteurs publics ne disposent plus des moyens financiers pour acheter les denrées alimentaires issues de la filière France », alerte-t-elle. De l'autre côté, « les entreprises sont en train de se dire qu'elles vont se désengager de ces marchés » avec, à terme, le risque d'une hausse durable des importations.
« Le gouvernement a mis en place des dispositifs ciblés dès le PLFR pour aider les communes fragiles sur les cantines scolaires, l'alimentation et l'inflation », a défendu la ministre chargée des collectivités territoriales Caroline Cayeux (Ndlr : qui a depuis démissionné du gouvernement et a été remplacée par Dominique Faure) devant l'Assemblée nationale, le 22 novembre. Au-delà des financements, le gouvernement a émis deux circulaires, une première en avril et une seconde en septembre, pour la réouverture des contrats et permettre aux acheteurs publics de répercuter les hausses subies par leurs fournisseurs. En parallèle, un avis rendu par le Conseil d'État en septembre a clarifié « la théorie de l'imprévision », justifiant la réouverture d'un contrat. Ces outils de « souplesse » ne sont « pas encore mobilisés », constate Frédérique Lehoux. Les pratiques du secteur, habitué à la stabilité, doivent encore évoluer. Résultat : la demande ne rencontre plus d'offre. Aujourd'hui, un appel d'offres en restauration collective sur quatre ne trouve pas de fournisseur, illustre Hervé Chevallier, responsable « intelligence marché » chez Vecteur Plus, entreprise spécialisée dans le suivi de la commande publique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.