Le Réveil Lozère 18 décembre 2021 a 12h00 | Par Actuagri

La ruralité veut faire entendre sa voix

À quatre mois du premier tour de l’élection présidentielle, pas moins de 36 organisations ont organisé le 7 décembre, au siège de la FNSEA à Paris, une conférence de presse pour porter « dix propositions d’urgence », avec l’objectif de redynamiser les territoires ruraux.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À quatre mois du premier tour de l’élection présidentielle, pas moins de 36 organisations ont organisé le 7 décembre, au siège de la FNSEA à Paris, une conférence de presse pour porter « dix propositions d’urgence », avec l’objectif de redynamiser les territoires ruraux.
À quatre mois du premier tour de l’élection présidentielle, pas moins de 36 organisations ont organisé le 7 décembre, au siège de la FNSEA à Paris, une conférence de presse pour porter « dix propositions d’urgence », avec l’objectif de redynamiser les territoires ruraux. - © Emilie Durand/Illustration

Montrer le visage d’une ruralité dynamique, positive, offensive, entreprenante, innovante et vivante… Tel était l’objectif de la conférence de presse que la FNSEA et 35 autres organisations professionnelles ont organisée le 7 décembre à Paris. Elles ont toutes présenté un « manifeste pour les ruralités vivantes » qui s’inspire en grande partie de celui initié par la FNSEA lors de son 75e congrès à Niort. Toutes ensemble, les 36 organisations entendent co-construire l’avenir des territoires ruraux, en s’appuyant et sur l’existant, en le valorisant mais aussi en dressant des perspectives.
Ce manifeste s’articule autour de quatre thèmes : l’emploi, l’activité facilitée au quotidien, le développement durable et le vivre ensemble. « Nous voulons co-construire un avenir commun, au service des citoyens et participer au redressement de la France », a affirmé Henri Biès-Péré, deuxième vice-président de la FNSEA et cheville ouvrière de ce manifeste. Leur approche se veut plus centrée sur les dossiers économiques et sociaux, en laissant le soin à l’association nationale Nouvelles ruralités (ANRR) de porter les dossiers plus transversaux comme la mobilité, ou le logement « avec laquelle nous ne voulons pas faire doublon », a précisé Henri Biès-Péré. Cependant, ces thèmes restent prégnants pour les signataires de ce manifeste qui rassemble dix propositions. « La formation, la mobilité et le logement sont des leviers importants pour faciliter l’accès aux métiers et leur redonner de l’attractivité », a insisté Samuel Vandaele, président de JA. « L’enjeu démographique est tout aussi crucial », a-t-il ajouté.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.