Le Réveil Lozère 20 avril 2022 a 10h00 | Par GS

La Safer au premier rang de la maîtrise de la pression foncière

Ce vendredi 15 avril, la Safer de Lozère a présenté en comité technique le marché foncier et son activité pour 2021. Des résultats une nouvelle fois très favorables à une structure départementale fortement implantée sur le territoire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Ce vendredi 15 avril, la Safer de Lozère a présenté en comité technique le marché foncier et son activité pour 2021. Des résultats une nouvelle fois très favorables à une structure départementale fortement implantée sur le territoire.
Ce vendredi 15 avril, la Safer de Lozère a présenté en comité technique le marché foncier et son activité pour 2021. Des résultats une nouvelle fois très favorables à une structure départementale fortement implantée sur le territoire. - © GS

« Bravo la Lozère ! ». C'est Dominique Granier, président de la Safer Occitanie qui le dit. Présent lors du comité technique de la Safer, à Mende ce vendredi 15 avril, il n'a pas manqué de saluer les résultats du département, « qu'on prend souvent en exemple ». Et pour cause, là où la moyenne du marché foncier couvert par les sociétés d'aménagement est de 40 % en Occitanie, la Lozère se distingue avec un taux de couverture de 70 % du marché. Résultat : des prix maîtrisés et un recours à la préemption réduit au strict minimum. Le département subit lui aussi la pression foncière mais reste épargné par son explosion à l'échelle de la région. « En un an, le nombre de candidatures a doublé en Occitanie » s'inquiète Dominique Granier, en passant de 3 500 à 6 500 candidats, et ce pour des surfaces moins importantes. La Lozère, elle, n'a connu que 19 opérations foncières avec de la mise en concurrence en cas de rétrocession, et maximum quatre candidats, quand en Aveyron ou dans le Gard il n'est plus rare d'en avoir plus de six. Le département résiste également bien à l'artificialisation, avec moins de cent hectares artificialisés en 2021, soit 0,01 % de la superficie. Le marché résidentiel représente 31 millions d'euros, soit 40 % du marché de l'espace rural. « Un effet cumulé de la crise sanitaire, de l'attrait touristique et de la politique d'accueil du département » selon Xavier Meyrueis, directeur de la Safer Lozère, qui fait croître ce marché. Au sein du territoire, les zones les plus dynamiques demeurent les Cévennes et l'Aubrac tandis que le marché est plus calme dans l'est de la Margeride.

Une action spécifique face à la crise ukrainienne

Alors que les prix des céréales atteignent cette semaine de nouveaux sommets, le président de la Safer Occitanie Dominique Granier souhaite faire « de la souveraineté alimentaire une priorité ». Dans l'immédiat, l'établissement régional propose de mobiliser et mettre en culture du foncier via une Convention de Mise à Disposition (CMD) spéciale pour les productions de printemps. Une action solidaire, l'ensemble des frais d'interventions étant reversés à une association d'aide aux réfugiés ukrainiens.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.