Le Réveil Lozère 01 avril 2020 à 11h00 | Par Sébastien Joly

La Sicaba face à une forte baisse d'activité

Seul abattoir de l'Allier agréé pour l'abattage sous les signes officiels de qualité agneau label rouge, boeuf charolais label rouge, agneau du Bourbonnais IGP et boeuf charolais du Bourbonnais IGP, la Sicaba adapte sa chaîne de production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © François d'Alteroche

La restauration, chez Sicaba, représente 45 % de l'activité économique de l'entreprise (restauration collective : 32 % et restauration commerciale : 13 %). Installée à Bourbon-l'Archambault, elle subit de plein fouet les mesures de confinement liées, en premier lieu, à la fermeture des établissements scolaires. À ce jour, ce sont 125 salariés qui assurent le bon fonctionnement de la structure au niveau de la transformation mais aussi de la livraison. Une entreprise d'envergure nationale, qui rayonne désormais au-delà des frontières françaises (3 % de la production à l'export) avec un chiffre d'affaires de 31 millions d'euros.

Réduction des abattages
Dès l'annonce du président de la République, le jeudi 12 mars au soir, la Sicaba a suspendu toutes les préparations à destination de la restauration collective pour éviter de livrer inutilement et de réceptionner des retours de marchandises. Autre conséquence inévitable, la réduction des abattages d'animaux, comme l'indique Luc Mary, directeur de la Sicaba : « L'abattage était actif sur cinq jours par semaine. Nous avons dû le réduire à trois jours. Au lieu de tuer 110 bovins, nous n'en tuons plus que 60 par semaine ».

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1554, du 2 avril 2020, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui