Le Réveil Lozère 24 juin 2022 a 08h00 | Par RM

La spéculation, enjeu oublié de la conférence ministérielle de l'OMC

Pour expliquer la crise alimentaire actuelle liée à la flambée des prix des denrées agricoles, plusieurs facteurs sont à prendre en compte.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, lors de la 12e conférence interministérielle de l'OMC.
La directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, lors de la 12e conférence interministérielle de l'OMC. - © WTO/Jessica Genoud

L'un d'entre eux, occulté par la douzième conférence ministérielle de l'OMC, concerne la spéculation sur les prix des denrées agricoles. « Ce phénomène, déjà responsable de la crise alimentaire de 2008-2009, contribue grandement à l'exacerbation de la dynamique haussière des prix observée depuis le lancement de la guerre en Ukraine », a expliqué le 15 juin Jennifer Clapp, membre d'IPES-Food et professeure de sécurité alimentaire mondiale et de durabilité à l'Université de Waterloo, Canada, lors d'une conférence coorganisée par l'ONG IPES-Food et la Fondation Rosa Luxemburg. Dans ce contexte d'extrême volatilité, « de nombreux investisseurs via l'achat de contrat à terme sur le blé ou encore via des fonds indexés sur les cours des matières premières agricoles, cherchent à tirer profit de la hausse des prix des denrées alimentaires. Un phénomène de bulle s'installe, faisant grimper les prix à des niveaux records », ajoute-t-elle. Avant de préciser que « ces prix complètement décorrélés du niveau d'équilibre réel entre l'offre et la demande affectent en retour les personnes les plus vulnérables du globe qui octroient plus de 50 % de leurs revenus à l'alimentation ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

À chaque attaque, tous les éleveurs doivent pouvoir accéder aux tirs de défense simples, voire renforcés, sans entrave

défend Claude Font, référent loup pour la FNO (éleveurs ovins, FNSEA).