Le Réveil Lozère 08 janvier 2020 a 10h00 | Par JCD

La surmécanisation, entre mythe et réalité

Un cliché bien ancré présente l'agriculteur comme étant suréquipé. Posséder un tracteur serait d'abord une question de statut. En fait, la stratégie d'exploitation intègre une multitude d'éléments, liés à la main-d'oeuvre, la surface cultivée, la perception du risque, la fiscalité.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Evolution des charges de mécanisation en EUR/ha de blé tendre (euros constants)
Evolution des charges de mécanisation en EUR/ha de blé tendre (euros constants) - © Infographie Réussir-Agra

L'antienne est bien connue, nourrie par ce type d'anecdote : étonné de voir quatre tracteurs dans une ferme aveyronnaise et non plus deux, un syndicaliste en fait la remarque. L'éleveur lui répond : « Comme ça, on ne dételle pas ! ». Loin d'être représentatif, ce cas entretient l'idée d'une surmécanisation de l'agriculture française. Mythe et réalité ? Un mythe, aux dires de certains.
« La surmécanisation, j'en entends parler depuis trente ans. Mais sans rien voir de tangible », affirme Jean-Louis Chandelier, directeur à la FNSEA du département entreprise et territoires. Une réalité, à en croire des rapports officiels. Exemple avec la stratégie nationale sur la Pac post 2020, il est écrit noir sur blanc dans le projet de diagnostic : l'amont agricole a besoin de « réduire les charges d'exploitation, notamment les charges de mécanisation en favorisant l'investissement dans un cadre collectif ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Nous avons eu l’agréable surprise de voir les Français présents aux achats

explique Cassandre Matras, responsable de projets au sein de l’Idele.