Le Réveil Lozère 10 juin 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

La transhumance reconnue au patrimoine culturel immatériel

Ce mardi 2 juin, le comité du patrimoine ethnologique et immatériel a rendu, à l’unanimité des membres présents, un avis favorable à l’inscription de la transhumance en France à l’inventaire national du patrimoine culturel immédiat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ce mardi 2 juin, le comité du patrimoine ethnologique et immatériel a rendu, à l’unanimité des membres présents, un avis favorable à l’inscription de la transhumance en France à l’inventaire national du patrimoine culturel immédiat.
Ce mardi 2 juin, le comité du patrimoine ethnologique et immatériel a rendu, à l’unanimité des membres présents, un avis favorable à l’inscription de la transhumance en France à l’inventaire national du patrimoine culturel immédiat. - © Michèle Bouis

Heureux et soulagés. C’est ainsi que pourraient se résumer les sentiments des agents de l’Entente causses Cévennes, qui ont participé à la constitution du dossier de la transhumance.
Leur travail, entamé en mars 2019 avec les agents des territoires des six massifs concernés par cette activité, a connu une triomphante conclusion ce 2 juin. Un dossier jugé « de très grande qualité » par le comité chargé de son examen avant son inscription à la liste. La présidente du département et de l’Entente, Sophie Pantel, se réjouit de cet aboutissement. « Cette reconnaissance doit maintenant contribuer à positionner le pastoralisme à sa juste place, que ce soit dans les débats pour la future Pac, d’orientation concernant les projets de territoire ou dans les échanges de toute forme avec la société civile », indique Sophie Pantel.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1564, du 11 juin 2020, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui