Le Réveil Lozère 29 décembre 2021 a 15h00 | Par Marion Ghibaudo

La trichinellose présente en Lozère

Fin novembre, des cas de trichinellose ont été signalés en Lozère par la préfecture, sur des sangliers sauvages. Explications sur ce parasite et ses conséquences sur la santé humaine.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Fin novembre, des cas de trichinellose ont été signalés en Lozère par la préfecture, sur des sangliers sauvages. Explications sur ce parasite et ses conséquences sur la santé humaine.
Fin novembre, des cas de trichinellose ont été signalés en Lozère par la préfecture, sur des sangliers sauvages. Explications sur ce parasite et ses conséquences sur la santé humaine. - © JC Gutner/Illustration

« De manière générale, ce parasite circule dans les écosystèmes riches en faune sauvage et biodiversité », rappelle l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), interrogée par les journalistes du Réveil Lozère à ce propos.
Fin novembre, la préfecture de Lozère avait signalé des cas de « plusieurs sangliers sauvages contaminés par des trichines ». Rappelant dans un communiqué de presse que « cette parasitose est un problème de santé publique en raison notamment de la gravité de cette maladie et de son potentiel épidémique ». La fédération départementale de chasse, pour sa part, ne compte qu’un seul cas détecté en Lozère, et « sans céder à la panique, appelle ses adhérents à rester vigilants ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.