Le Réveil Lozère 07 mai 2019 a 09h00 | Par Jean Dubé

La Vallée des Saints, un projet pour l’éternité

Au début, la Vallée des Saints, c’est un site coiffé d’une motte féodale à côté duquel se dresse une chapelle classée monument historique. C’est aussi le site sur lequel viennent se poser depuis dix ans, une à une, les sculptures des saints bretons.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Jean Dubé

Quelquefois surnommée «l’Île de Pâques bretonne», la Vallée des Saints, située à Carnoët (22), est issue d’un projet collectif breton lancé en juillet 2008 par Philippe Abjean, Sébastien Minguy et Philippe Hajas. L’association qu’ils ont créée a été reconnue d’intérêt général à caractère culturel. Son objet en est la sauvegarde, la découverte et la promotion de la culture populaire bretonne, et la culture populaire bretonne ne manque pas de références de saints venus évangéliser ces contrées reculées !

Une forte mobilisation locale
Cette association a su mobiliser autour de ce projet des entreprises, des mécènes, au nombre de 297 aujourd’hui. Ce sont des associations comme des entreprises «locales» : la Britanny Ferries, Bretagne viande distribution, Cogédis, le Crédit Agricole du Finistère, du Morbihan, des Côtes-d’Armor et d’Ille-et-Vilaine, Groupama... pour ne citer que ceux-là. Elles soutiennent financièrement le projet et lui ont permis de passer haut la main les dix ans l’été dernier. Mais ce projet c’est aussi un projet de territoire qui a réussi à mobiliser des milliers d’anonymes qui financent à hauteur de leurs moyens une petite partie d’une œuvre. Ils seraient ainsi 4 120 à avoir contribué pour financer «leur» saint. Chaque projet représente ainsi un budget de l’ordre de 15 000 €, le plus coûteux proposé à la souscription est actuellement un oratoire, celui de Saint Colomban, chiffré à 70 000 €. 5 170 € sont d’ores et déjà promis. Les granitiers bretons soutiennent aussi le projet en fournissant les blocs de granit. Le site est pour eux bien sûr une vitrine exceptionnelle des produits et surtout des savoir-faire locaux. Chaque année, des chantiers de sculpture sont organisés sur place et des sculpteurs s’installent à demeure pour créer leur œuvre en un temps limité (30 jours).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1509, du 9 mai 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.