Le Réveil Lozère 13 mai 2020 a 09h00 | Par Propos recueillis par Hélèna Nowakowski

« La volaille de chair s'en sort, pas le canard »

La filière volaille semble moins touchée par la crise Covid-19. Néanmoins, des différences se creusent selon les productions. Le point avec Jacques Force.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La filière volaille est touchée par la crise.
La filière volaille est touchée par la crise. - © Armelle Puybasset

Comment la volaille de chair traverse-t-elle cette période critique en Auvergne ?
Au début du confinement nous avons craint un fort ralentissement des chaînes d'abattage par manque de personnel mais finalement cela n'a pas été le cas. Tout le poulet consommé habituellement en restauration hors domicile, hormis la volaille de Bresse, a été redirigé dans les grandes surfaces, après adaptation de la présentation. Les consommateurs ont continué d'en consommer ce qui fait que les volumes ont été maintenus, on ne peut que s'en réjouir. En tout cas, il est important de faire comprendre aux consommateurs qu'il n'y a pas eu de rupture d'approvisionnement des enseignes grâce à une organisation et une adaptation de l'amont de la filière (et de l'agriculture en général) et non des GMS. Malgré une situation relativement stable pour la filière, il faut rappeler que la crise a fait augmenter le prix des matières premières telles que les minéraux. Le coût de production a, de fait, augmenté ce qui induit des marges réduites pour les producteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).