Le Réveil Lozère 23 septembre 2021 a 12h00 | Par Christel Jahnich, APAP

Lactalis investit plus de 13,2 millions d'euros à Condat

Mercredi 15 septembre, le PDG du groupe Lactalis et le directeur général de la division Lactalis AOP et terroirs ont inauguré la nouvelle société fromagère de Condat.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Pierre Wälchli, Emmanuel Besnier, Bruno Faure, Alain Marleix et Pascal Pagesse.
Pierre Wälchli, Emmanuel Besnier, Bruno Faure, Alain Marleix et Pascal Pagesse. - © APAP

Lactalis a beau être le premier groupe laitier mondial présent dans plus de cent pays, il reste très attaché à son ancrage territorial. À Condat, dans le nord Cantal, le groupe vient d'investir 13,2 millions d'euros dans une fromagerie dédiée au saint-nectaire AOP. « Depuis 20 ans que je préside le groupe, je suis dans l'objectif de croissance à l'international, tout en valorisant le patrimoine laitier et fromager français, a déclaré Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis lors de l'inauguration de la société fromagerie de Condat. Fromager est notre métier, on s'engage à soutenir les petites AOP. »

Soutenir les AOP
Dans cette nouvelle unité de 4 000 m², fabrication et affinage sont désormais regroupés, ce qui va ouvrir des perspectives pour la filière. « Notre objectif est d'augmenter la production annuelle de 2 100 tonnes à 3 000 tonnes de saint-nectaire et de développer d'autres fabrications comme la tome », a annoncé Pascal Pagesse, le directeur du site.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.