Le Réveil Lozère 24 juin 2020 à 09h00 | Par AJ

Lactalis se défend de toute baisse inopinée du prix du lait payé aux producteurs

Imbroglio autour du prix payé aux producteurs de lait par Lactalis. À la suite des révélations du Monde, de nombreuses voix se sont élevées protestant contre toute baisse unilatérale du prix du lait. Le groupe mayennais rétropédale et rappelle que le prix sera « fixé en accord avec les organisations de producteurs dans le cadre de contrat-cadre ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Imbroglio autour du prix payé aux producteurs de lait par Lactalis. À la suite des révélations du Monde, de nombreuses voix se sont élevées protestant contre toute baisse unilatérale du prix du lait. Le groupe mayennais rétropédale et rappelle que le prix sera « fixé en accord avec les organisations de producteurs dans le cadre de contrat-cadre ».
Imbroglio autour du prix payé aux producteurs de lait par Lactalis. À la suite des révélations du Monde, de nombreuses voix se sont élevées protestant contre toute baisse unilatérale du prix du lait. Le groupe mayennais rétropédale et rappelle que le prix sera « fixé en accord avec les organisations de producteurs dans le cadre de contrat-cadre ». - © Annick Conté - Illustration

« Sur les cinq premiers mois de l’année, le prix du lait payé au producteur est supérieur à celui payé en 2019. Mais au second semestre, le prix moyen sera en baisse et nous sommes sur un repli en moyenne sur l’ensemble de l’année », a déclaré Emmanuel Besnier, président du conseil de surveillance de l’entreprise familiale mayennaise Lactalis. Même si elle a un goût de déjà vu, cette petite phrase glissée au quotidien le Monde* a mis le feu aux poudres, lors de sa parution le 11 juin, dans une filière qui peine toujours à appliquer pleinement la loi Égalim
Guillaume Canet, qui campe dans le film d’Edouard Bergeon Au nom de la Terre le destin tragique d’un agriculteur acculé par les dettes, a immédiatement réagi sur Instagram. « Révoltant », « Réellement honteux ! », s’est-il insurgé. La marque du consommateur C’est qui le patron ! ?, qui a vendu 170 millions de « lait solidaire » en 2019, a également saisi la balle au bond appelant « les grands acteurs » à revoir leur « décision qui va condamner inéluctablement des milliers de familles de producteurs partout en France », en « rémunérant leur travail au juste prix de leurs efforts ».

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1566, du 18 juin 2020, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui