Le Réveil Lozère 03 février 2021 a 09h00 | Par AG

Lactalis vante la stabilité du prix payé aux éleveurs en 2020

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le géant laitier Lactalis affirme vendredi avoir acheté son lait aux producteurs en 2020 « à un niveau très proche » de celui pratiqué en 2019, en dépit des bouleversements engendrés par la crise sanitaire. « Malgré les difficultés liées à la pandémie, les prix du lait ont été maintenus en 2020 à un niveau très proche de celui de 2019 », indique dans un communiqué la société basée à Laval, qui se présente comme le premier groupe laitier mondial. « Sur les 5,2 milliards de litres de lait collectés en France par le groupe Lactalis, le prix total payé tous laits de vache confondus aura été de 369 euros les mille litres. Et ce, bien que 30 % des volumes aient été transformés en ingrédients valorisés en 2020 à moins de 300 euros. » En 2019, ce prix moyen comprenant les achats de lait biologique, plus cher, était de 370 euros les mille litres, a précisé le groupe à l’AFP. Début juin, le patron de Lactalis, Emmanuel Besnier, avait attisé la fronde, en estimant face à des journalistes que le prix payé aux éleveurs s’orientait vers « une baisse en moyenne » sur l’ensemble de l’année, au vu des soubresauts causés par la pandémie de Covid-19. Le groupe ne se risque pas à tracer de perspectives pour 2021 « tant les incertitudes sur l’évolution de la crise sanitaire et ses conséquences économiques sont encore nombreuses ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.