Le Réveil Lozère 13 novembre 2019 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Lait bio en Lozère : une filière d’avenir ?

Les filières de lait bio en Lozère prennent tranquillement leur place. Chaque année, de nouveaux agriculteurs franchissent le pas, attirés par des prix du marché plus stables et plus rémunérateurs alors que la filière conventionnelle peine à sortir la tête de l’eau.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Sandra Hartmann

Les filières de lait bio en Occitanie ont le vent en poupe. C’est ce qui ressort d’une enquête annuelle 2001-2017, intitulée « Collecte et transformation du lait bio en Occitanie », publiée par Agreste en septembre 2019. Ces filières bio se sont étoffées dans un contexte de crise du lait conventionnel en 2016 et de demande accrue des consommateurs pour des « produits sains », et cela que l’on parle lait d’ovin, de caprin ou bovin. « En 2017 on compte près de 120 000 tonnes de produits laitiers bio fabriqués en France soit 4,8 fois plus qu’en 2001 », note le document.
La filière lait bio, selon Maxime Colomb, conseiller spécialisé en agriculture biologique à la chambre d’agriculture de Lozère, est en plein boom. Les industriels qui montent des tournées spécifiques en lait bio, une soif du consommateur pour les produits bio, un marché en expansion… font partie des critères qui poussent les éleveurs vers cette filière en Lozère.
12 % de production en lait bovin bio, 30 % en lait de brebis bio et 50 % en lait de chèvre bio : les filières de le lait bio de Lozère prennent prend de plus en plus d’espace dans l’industrie du lait la filière.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1534, du 14 novembre 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

À chaque attaque, tous les éleveurs doivent pouvoir accéder aux tirs de défense simples, voire renforcés, sans entrave

défend Claude Font, référent loup pour la FNO (éleveurs ovins, FNSEA).