Le Réveil Lozère 25 novembre 2020 � 10h00 | Par AG

Lancement d’un réseau européen sur le modèle français Dephy

Abonnez-vous R�agir Imprimer

Inspiré du modèle des fermes Dephy, le projet européen IPMWorks est lancé cet automne autour de la réduction des phytos, a annoncé le 20 novembre l’Inrae, coordinateur du réseau qui engage 31 partenaires de 16 pays, dont l’Acta (instituts techniques) et l’APCA (chambres d’agriculture). Il s’agit de « faire la démonstration de stratégies de protection intégrée des cultures (IPM, pour « integrated pest management », en anglais) à faible usage de pesticides, et promouvoir l’adoption de ce type de stratégies en favorisant l’échange d’expériences et de connaissances entre agriculteurs », selon un communiqué. IPMWorks sera fondé sur la coordination de réseaux nationaux existants, dont celui des fermes Dephy en France coordonnant 3 000 agriculteurs, et sur la création de nouveaux groupes de fermes de démonstration dans les régions européennes où les agriculteurs pionniers de la protection intégrée ne sont pas encore structurés entre eux. « Des agriculteurs, des conseillers, des représentants des pouvoirs publics, des consommateurs, et tous les acteurs des filières agroalimentaires seront concernés par le projet », souligne l’Inrae.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression