Le Réveil Lozère 16 octobre 2019 a 09h00 | Par AJ

Lancement du premier lait digitalement certifié

La coopérative Prospérité laitière s’associe à la start-up Connecting Food et lance le premier lait certifié « de pâturage » et « sans OGM » en temps réel grâce à la blockchain.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Sandra Roupnel

« C’est la rencontre de deux mondes qui se fréquentent assez peu », témoigne Sandrine Delory, directrice générale de la Prospérité fermière Ingredia. D’un côté, celui des coopératives « bien ancrées » dans les territoires et de l’autre celui des start-up. La réunion des deux aboutit à « une première mondiale ». En partenariat avec Connecting food, la coopérative du nord de la France lance « la première bouteille de lait certifié, tracé et audité en temps réel », lors d’une conférence de presse le 8 octobre. C’est un pas de plus pour la coopérative dans sa « stratégie de différenciation » déjà entreprise grâce à des partenariats avec WWF et Welfarm.

Le « live audit »
Outre la traçabilité du produit de la ferme à la bouteille, que proposent déjà un certain nombre d’acteurs, la réelle innovation réside dans l’audit digital en temps réel du cahier des charges du lait (sans OGM, 170 jours de pâturage notamment). À chaque étape de production et de fabrication, les garanties portées par le lait écoresponsable Prospérité. Par exemple, sur le volet sans OGM, à chaque livraison d’alimentation pour le bétail, le certificat du fournisseur est contrôlé digitalement.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1530, du 17 octobre 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.