Le Réveil Lozère 24 mars 2021 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Langogne 2021 : une foire à huis clos et joyeuse

Samedi 20 mars, la foire grasse de Langogne a eu lieu dans une configuration particulière, pour répondre aux problématiques sanitaires posées par la Covid-19.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
 (© Marion Ghibaudo)  © Marion Ghibaudo  © Marion Ghibaudo  © Marion Ghibaudo

Installée à huis clos, sans animation ni public, la foire de Langogne s’est déroulée en petit comité. Le vent froid, sous un soleil timide, n’a pas découragé agriculteurs et acheteurs de participer à cette fête annuelle.
Les conditions drastiques imposées par la crise sanitaire n’ont pas découragé les participants puisque 28 éleveurs ont répondu présents à l’appel, pour 108 bêtes exposées à l’air libre, en plus des acheteurs locaux, régionaux et nationaux. Les années précédentes, un barnum pour protéger les bêtes était érigé, mais en 2021, la foire a dû faire sans.
« C’est un véritable succès », s’est réjoui Quentin Boyer, conseiller municipal à Langogne en charge des foires et marchés. D’autant plus que « 103 bêtes ont été vendues sur les 108 présentes », a confirmé l’élu. Portée par le conseil municipal en collaboration avec les Jeunes agriculteurs du canton de Châteauneuf-Langogne, cette manifestation représente un enjeu économique fort pour les éleveurs du territoire. « C’est aussi un moment d’échanges et de convivialité », a rappelé le maire de Langogne, Marc Oziol, même si les élus ont regretté que ni la foire-exposition qui accompagne normalement les festivités, ni les commerçants et artisans langonais n’ont pu être présents.

Vincent Remise, premier prix à Langogne

Vincent Remise, exploitant sur la commune du Buisson depuis 2011, maire de sa commune et professeur associé au lycée agricole Terre-nouvelle, porte de multiples casquettes.
Avec toujours à cœur l’envie de transmettre sa passion de son métier d’agriculteur. Quant au prix de meilleur sujet qu’il vient de recevoir pour sa génisse croisée, il en est « très fier », qu’il reçoit pour la première fois à Langogne. Il y a quatre ans, à la foire de Laguiole, il avait déjà reçu le prix du meilleur sujet pour une autre de ses bêtes. « J’avais amené des bêtes à la foire de Langogne il y a deux ans, et j’avais été bien classé », pointe l’agriculteur. Sa seconde participation le hisse donc à la plus haute marche du podium. Sur son exploitation familiale, il élève une cinquantaine de mères Aubrac, avec une volonté : produire de la qualité. « Tous les animaux que je produis sont nés chez moi, j’aime bien l’idée d’arriver à valoriser les bêtes jusqu’au bout », conclut-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.