Le Réveil Lozère 08 avril 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le bœuf de Pâques pâtit de la crise

Alors que les fêtes pascales sont habituellement un moment d’afflux de trésorerie pour les boucheries lozériennes, la pandémie actuelle grève des budgets serrés par la saison hivernale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Christel Janich

Le bœuf pascal est normalement un moment festif où les bouchers peuvent aussi, au sortir de l’hiver, reconstituer des finances fragilisées. Notamment sur le département où les bouchers achètent régulièrement chez des producteurs locaux. « La plupart des bouchers lozériens sont des bouchers-abatteurs donc ils achètent en local et abattent en Lozère », pointe Florence Vignal, présidente de la chambre des métiers et de l’artisanat (CMA). La présidente rappelle que la Lozère possède une grande densité de boucheries artisanales : une quarantaine répartie sur le territoire, dont une vingtaine de bouchers-abatteurs.
Cette année, en raison de la crise, les fêtes pascales ont du plomb dans l’aile, les familles ne pouvant se réunir comme prévu. « Les bêtes qui ont été achetées, on va les vendre, mais aura-t-on la clientèle en face ? » s’inquiète Florence Vignal qui pointe des volumes moindres : là où deux bêtes étaient la norme les années précédentes, cette année, une bête à une et demi sont dans les plans de vente des artisans.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.