Le Réveil Lozère 28 octobre 2020 a 09h00 | Par SC d’après Idèle

Le boom du lait de chèvre boosté par une forte demande

Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au second trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base, et d’une demande soutenue.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au second trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base, et d’une demande soutenue.
Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au second trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base, et d’une demande soutenue. - © Julien Beinat/Illustration

Selon l’Idèle, le prix de base du lait de chèvre s’est établi à 616 € les mille litres au deuxième trimestre 2020 en moyenne nationale, une progression de près de 21 € d’une année sur l’autre, soit +3,5 % par rapport à 2019. En effet, de nombreux transformateurs ont fait évoluer favorablement leurs grilles de paiement du lait, en faveur des éleveurs caprins dans un souci de pérennisation de la filière, et encouragés par la loi Égalim.
D’ailleurs, si elle a été bousculée pendant le confinement suite à la modification de la structure des ventes, la filière bénéficie d’une croissance des ventes de fromages de chèvre qui pourrait faire progresser encore les prix au troisième trimestre. C’est dans le bassin du sud-est que l’on observe le taux de progression le plus élevé en France, à près de +8 %  par rapport à 2019, soit 619 € les mille litres. Les bassins du sud-ouest et du centre-ouest arrivent ensuite, avec des taux de progression de +2,7 % et +3,5 % respectivement, soit 616 € et 614 € les mille litres. Finalement, le bassin Centre, où le prix de base est le plus élevé, à 627 € les mille litres, a vu évoluer le prix de base payé aux producteurs de +2,2 % par rapport à 2019.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.