Le Réveil Lozère 14 avril 2021 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Le Cerfrance se tourne résolument vers le numérique

Dans un souci de toujours mieux servir ses adhérents, et parce que la crise de la Covid-19 change considérablement les façons d’interagir, le Cerfrance Lozère a décidé de s’appuyer de plus en plus sur ses outils numériques dédiés.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Dans un souci de toujours mieux servir ses adhérents, et parce que la crise de la Covid-19 change considérablement les façons d’interagir, le Cerfrance Lozère a décidé de s’appuyer de plus en plus sur ses outils numériques dédiés.
Dans un souci de toujours mieux servir ses adhérents, et parce que la crise de la Covid-19 change considérablement les façons d’interagir, le Cerfrance Lozère a décidé de s’appuyer de plus en plus sur ses outils numériques dédiés. - © Pascal le Douarin/Illustration

« C’est une démarche que nous avons entamée depuis longtemps », pointe Denis Laporte, directeur du Cerfrance Lozère. Tout d’abord grâce à la plateforme Cerfrance Connect, ce portail qui permet aux adhérents de déposer des documents en toute sécurité, depuis quelques années déjà.
Les deux ans de crise sanitaire ont permis au réseau Cerfrance, à l’échelle nationale, régionale et départementale d’accélérer leur transition numérique en proposant de nouveaux outils à leurs adhérents.
Et la relation de travail sur le terrain avec les adhérents est d’autant favorisée, constate le directeur du Cerfrance. « Les agents, grâce à ces outils, sont en partie libérés de la saisie de données, qui prend beaucoup de temps. Ils ont donc plus d’espace pour proposer du conseil aux adhérents ».
Place du Marché, Scan by Cerfrance, Cerfrance Avantages… Ce sont quelques-uns des outils numériques mis à disposition, et qui ont trouvé leur utilité durant la pandémie. Scan by Cerfrance, par exemple, dernier-né du trousseau, a permis aux adhérents qui avaient téléchargé l’application de scanner leurs factures avec leurs téléphones, et d’être aussitôt envoyées aux agents Cerfrance pour traitement. Ce petit outil a permis de conserver une fluidité bienvenue du travail, pour que tout soit saisi au bon moment.
« Tous ces outils améliorent la réactivité des agents », souligne Patricia Granat, présidente du Cerfrance Lozère. « Mais, insiste la présidente, nous tenons à ce que les agents soient d’autant plus impliqués auprès des adhérents. Nous souhaitons conserver du présentiel pour les moments importants, mais on peut imaginer de faire des points d’étape en visioconférence, par exemple ».
Pour ceux qui seraient inquiets de leurs données personnelles, le Cerfrance Lozère l’assure, « pas question de déléguer à un tiers ce type de traitement, nous avons donc investi dans des serveurs pour stocker ces éléments sur place, gérés par notre service informatique », détaille Denis Laporte.
Ces changements généraux ont aussi des réalisations très concrètes : en 2021, pour la première fois de son histoire, le Cerfrance a tenu son assemblée générale en visioconférence pour partie. « Nous ne souhaitons pas généraliser le distanciel pour ces réunions, mais nous devons y réfléchir sérieusement pour l’utiliser lorsque nécessaire », a expliqué Denis Laporte. « Nous avions pris un prestataire pour le déroulé du vote, et l’enquête technique qu’ils ont réalisé suite à ça a prouvé que tout a été fait dans les règles », dit-il. Les seuls problèmes avérés étaient dûs à des erreurs humaines : un e-mail contenant une faute de frappe, etc

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).