Le Réveil Lozère 22 février 2023 a 15h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Le CGAAER préconise une expérimentation large d'au moins cinq ans

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Avant d'être lancée, comme prévu par la loi Égalim 2 de 2021, l'expérimentation du Rémunérascore (affichage de la rémunération des agriculteurs) sur les produits alimentaires devait faire l'objet d'un rapport de cadrage du CGAAER (ministère de l'Agriculture), qui a été rendu en novembre et vient d'être publié ce 20 février. Les auteurs préconisent une expérimentation large et de cinq ans, au moins. Si le texte de loi évoquait la viande bovine, les produits laitiers et le bio comme champ possible d'expérimentation, le CGAAER propose que le décret fixe un périmètre couvrant « l'ensemble des produits alimentaires et des circuits de commercialisation ». Mais de préciser que la restauration collective « semble devoir être exclue », compte tenu d'une plus faible diversité de choix de consommation. Quant à la durée, le maximum de cinq ans fixé par la loi « n'est nullement excessif » ; les auteurs n'excluent pas d'ailleurs « qu'une prolongation de l'expérimentation se révèle nécessaire ». Enfin, pour le CGAAER, l'expérimentation doit permettre de fixer des règles de calcul harmonisées du Rémunérascore (notamment en produits transformés) et les modalités d'affichage, mais aussi d'estimer les coûts de ce dispositif. Pour piloter l'expérimentation, deux équivalents temps plein et 200 000 euros par an devraient être nécessaires au ministère.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Nous n’avons que 44 % des masses d’eau en France qui sont dans un bon état écologique

a expliqué Christophe Béchu à l’antenne de France Inter le 27 mars.