Le Réveil Lozère 27 mars 2022 a 12h00 | Par Pierre-Louis Berger

Le chef papou Mundiya Képanga, ambassadeur de la forêt

Le chef papou Mundiya Képanga était l’invité du lycée agricole Le Valentin à Bourg-lès-Valence (Drôme), pour témoigner du réchauffement climatique et lutter contre la déforestation en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans le monde.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le chef papou Mundiya Képanga était l’invité du lycée agricole Le Valentin à Bourg-lès-Valence (Drôme), pour témoigner du réchauffement climatique et lutter contre la déforestation en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans le monde.
Le chef papou Mundiya Képanga était l’invité du lycée agricole Le Valentin à Bourg-lès-Valence (Drôme), pour témoigner du réchauffement climatique et lutter contre la déforestation en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans le monde. - © PLB

Son entrée dans la salle de conférences du lycée agricole du Valentin était fortement attendue par une centaine de personnes sensibilisées aux problèmes de l’environnement et de la déforestation. Le chef papou Mundiya Képanga est arrivé de Papouasie-Nouvelle-Guinée le 8 mars accompagné de son interprète. Face au désastre écologique et humain qui menace la planète, le chef papou s’est mobilisé : « Je suis allé à la Cop 21 en 2015 pour témoigner du réchauffement climatique. Le plus important est d’agir, d’agir vite. Si on ne prend pas soin de la nature, on ne pourra pas vivre sur cette planète. La déforestation aura des incidences sur nos modes de vie. Partout en Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’environnement est menacé. » La Papouasie-Nouvelle-Guinée se situe au nord de l’Australie et représente l’un des derniers sanctuaires, avec une forêt primaire, une biodiversité exemplaire, plus de 1 500 essences différentes d’arbres et quelque 750 espèces d’oiseaux dont le casoar ou le papi

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.