Le Réveil Lozère 23 novembre 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le Clos du nid inaugure sa pépinière

Vendredi 18 novembre, le Clos du nid a inauguré sa pépinière située à Marvejols, à l'Esat de Bouldoires, en présence des élus locaux, de la MSA et de Sophie Boudot, directrice de la DDETSPP.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vendredi 18 novembre, le Clos du nid a inauguré sa pépinière située à Marvejols, à l'Esat de Bouldoires, en présence des élus locaux, de la MSA et de Sophie Boudot, directrice de la DDETSPP.
Vendredi 18 novembre, le Clos du nid a inauguré sa pépinière située à Marvejols, à l'Esat de Bouldoires, en présence des élus locaux, de la MSA et de Sophie Boudot, directrice de la DDETSPP. - © Marion Ghibaudo

Alors que la France célébrait la Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées, qui s'est déroulée du 14 au 20 novembre, le Clos du nid a souhaité inaugurer le lancement de sa pépinière. Un projet multipartenarial qui a été lancé en 2020 : sont notamment impliqués la MSA, les Jardins de Cocagne, l'association Plantes et Santé portée par le PETR - Pays du Gévaudan et l'État.

Une pépinière pour les professionnels
Lancée en 2023, cette pépinière sera, dans un premier temps, uniquement destinée aux professionnels : agriculteurs, producteurs, ONF et forêt privée. Occupant 800 mètres carrés de terrain, comprenant deux serres et une bande de terrain pour des plants en pleine terre. Les plants seront cultivés en bio, et permettront au Clos du nid de proposer du thym, de la lavande ou de l'arnica ainsi que des plants forestiers et arbustes. « Le choix des essences veillera à favoriser le plus possible la diversité, la préservation de certaines essences et les plantes mellifères », ont confirmé les organisateurs. Quant à l'équipe en charge de faire vivre le projet, elle sera constituée d'un pépiniériste accompagnant deux salariés. Les plants mères qui seront bouturés ont déjà été commandés, les premiers semis devraient être lancés début 2023 et les premières ventes espérées à l'automne de cette même année. « L'objectif n'est vraiment pas de faire de la concurrence aux pépiniéristes professionnels déjà installés, mais plutôt d'apporter un complément. Et d'ailleurs, on ne s'interdira pas de faire appel à eux si on ne peut pas compléter nos commandes ». « Nous allons surtout produire en fonction des demandes, notamment par rapport aux productions en terres acides et calcaires ; par exemple, nous savons que l'arnica est en souffrance ».

La fondation Vasgos replante près de 500 hectares de forêt en Lozère

Après avoir accompagné pendant plusieurs années l'insertion des jeunes par le travail, la fondation Vasgos s'engage depuis 2020 auprès des personnes en situation de handicap. En Lozère, depuis près de 20 ans, cette fondation créée par la famille Oddo a racheté des hectares de forêt et possède trois sites représentant près de 500 hectares. Sur ces sites, des projets de replantation forestière sont actuellement menés, et c'est ainsi que la fondation et le Clos du nid se sont rejoints sur un projet : l'association, via sa pépinière, devrait fournir une partie des plants nécessaires. La vision de la fondation s'inscrit dans une démarche de gestion durable et de valorisation tant du potentiel des forêts, dans le respect de la biodiversité, que du dynamisme des territoires locaux. Pour cela, des plans de gestion rigoureux et une sylviculture dite « Pro Silva », qui favorise la régénération naturelle, sont préférés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.